L’harmonica instrument de thérapie pour aider les enfants asthmatiques

 

Introduction :

Actuellement, l’asthme est la maladie respiratoire chronique la plus fréquente chez l’enfant. La majorité des patients asthmatiques ne maîtrise pas leur souffle ce qui augmente le risque d’avoir une exacerbation ou une crise d’asthme.

L’harmonica est utilisé comme instrument de thérapie aux Etats Unis d’Amérique pour de nombreuses pathologies respiratoires. La littérature, cependant, reste très brève et n’explique pas clairement comment l’utiliser avec les patients et quels sont les effets réels de cette thérapie. Créer un atelier « Souffle et Harmonica » semble donc intéressant. Cela permet d’apprendre cet instrument de musique à vent aux enfants asthmatiques et d’objectiver si l’harmonica favorise  le contrôle de l’asthme.

Matériel et méthode :

Au total, la population étudiée comprend quatorze enfants asthmatiques, de 6 à 11 ans, divisée en deux groupes de sept ; un groupe participant à six séances d’harmonica et un groupe ne participant pas aux séances. L’étude porte sur sept semaines.

Afin d’observer si l’harmonica a un effet réel sur la maîtrise du souffle chez les enfants asthmatiques, une spirométrie et un test de contrôle de l’asthme sont réalisés en début et en fin d’étude.

Résultats :

Au terme des séances, aucun résultat significatif sur le contrôle de l’asthme n’a été obtenu entre les deux groupes. La pratique de l’harmonica ne paraît donc pas améliorer la maîtrise du souffle en sept semaines. Cependant, les séances proposées étaient adaptées aux enfants. De nombreuses ouvertures peuvent-être envisagées mais la principale serait de réaliser la même étude sur un temps beaucoup plus long, d’environ six mois.

Conclusion :

Personnellement, j’ai été étonnée de la motivation et des résultats obtenus sur le plan musical par les enfants. De manière subjective, je pense que ces séances ont eu un impact positif sur eux. Durant les sept semaines, les enfants étaient motivés pour apprendre de nouveaux exercices à l’harmonica et étaient de moins en moins essoufflés lorsqu’ils jouaient. Cette approche musicale a donné l’envie à certains enfants de s’inscrire dans une école de musique. En vue de ces observations, on pourrait avancer que les séances étaient positives sur le plan psychologique (bien-être, meilleure estime de soi etc.) mais cela n’a pas été objectivé ici.

 

CIVRAY Laetitia, kinésithérapeute